04/09/2017
Auteurs romantiques
Accueil
Suite
GERARD DE NERVAL : LES CHIMERES (1853)
Thème

Résumé
Les Chimères sont une suite de sonnets qui parurent ensemble avec les Filles du feu. Gérard de Nerval y évoque ses expériences en vers souvent obscurs, mais très denses, où se mêlent des épisodes vécus, des réminiscences livresques des allusions à l'alchimie, à l'astrologie. Deux chefs-d'oeuvre, El desdichado dans lequel il se rémémore comme dans Sylvie les illusions d'un passé disparu et Artémisdans il exalte la figure lumineuse qu'il a complée dans les ténèbres de sa folie qu'il a nommée ailleurs Aurélia.

Commentaire de El Desdichado (le déshérité)

Introduction
Gérard de Nerval a composé ce sonnet en 1853, au lendemain d'une nouvelle période de troubles mentaux. Il vit désormais sous la menace constante d'une rechute. Il tente de se ressaisir en se reportant par le souvenir, comme l'a déjà fait dans Sylvie, aux jours heureux de son enfance et de sa jeunesse ; mais il n'a plus guère d'espoir et prend conscience d'une fatalité redoutable qui pèse sur lui. Le Destin, tel est le premier titre qu'il a donné à ces vers. Il s'arrête finalement à un autre titre, plus concret, plus poignant, plus suggestif aussi par sa couleur étrangère : El Desdichado, le Déshérité. C'est la devise que porte sur son bouclier, dans Ivanhoé (chapitre VIII), un mystérieux compagnon de Richard Cœur de Lion, dépossédé de son château par le roi Jean. Nerval l'adopte à son tour et se décrit, lui aussi, sous l'aspect d'un chevalier du Moyen Age que hante le malheur.
Le sonnet
Premier quatrain. Trois termes, accompagnés de l'article défini, qui souligne leur cruauté implacable, évoquent la détresse du poète. Gérard est le ténébreux, l'homme condamné à vivre dans les ténèbres (faute d'avoir désormais une étoile pour éclairer sa route); le veuf, l'homme privé de toute compagnie, après la disparition de sa bien- aimée Jenny; l'inconsolé, l'homme qui, malgré des tentatives de diversion, conserve au fond de son cœur une douleur éternelle. Le rythme et les coupes de ce premier vers concourent à créer une double impression de fatalité et de tristesse : après la forte césure qui ponctue le premier hémistiche, le monosyllabe veuf, suivi d'une virgule, peut suggérer la brutalité du deuil et le tétrasyllabe inconsolé sa durée définie. Le second vers, au contraire, se prononce d'une seule haleine et prend une valeur incantatoire : Le prince d'Aquitaine à la tour abolie. L'oreille s'abandonne à la musique des sons qui se succèdent avec une diversité mélodieuse. Gérard de Nerval croit descendre d'un châtelain du Périgord qui portait sur ses armoiries trois tours d'argent. Mais, dans le sonnet, le mot tour est en même temps le symbole du trésor sentimental que le poète a perdu; l'adjectif abolie est donc pris à la fois dans son acception littérale (le pouvoir seigneurial des Labrunie est aboli avec l'Ancien Régime) et dans une acception figurée, plus importante, quoique imprécise (le bonheur amoureux de Gérard est aboli depuis que Jenny a quitté la terre). Le premier hémistiche du troisième vers contient une allusion plus explicite au malheur qui a engendré une telle détresse : Ma seule étoile est morte. Comme dans Sylvie, comme dans Aurélia, l'étoile est ici Ie symbole de la femme aimée : Gérard n'a jamais eu qu'un seul amour, qu'une seule étoile, et l'Éternel Féminin s'est fixé pour lui dans l'image évanouie de Jenny. Nous l'imaginons dans le décor médiéval que suggérait déjà le titre ses doigts font retentir sur les cordes d'un luth de douloureux accents ; et ce luth, comme le bouclier du Desdichado, porte sur son armature l'insigne d'une destinée cruelle, un soleil noir, dont le sombre éclat efface à jamais la lueur fugitive des amours terrestres, multiples (le luth est constellé), mais décevantes. Ce soleil noir est celui que fixa sur sa toile Albert Dürer dans son célèbre tableau Melancholia : Nerval l'évoque encore dans le Voyage en Orient et dans Aurélia.
Second quatrain
 Pour comprendre les quatre vers suivants, il faut se reporter à une nouvelle des Filles du feu, Octavie, où l'écrivain conte un souvenir d'Italie. Il séjournait, déjà fatigué de vivre, sur la côte méditerranéenne. La tentation lui vint d'en finir et de se jeter à la mer, afin « d'aller demander compte à Dieu de sa singulière existence ».
Mais l'idée d'un rendez-vous qu'il avait donné à une jeune Anglaise le détourna momentanément de ce projet funeste. A l'heure où il se sent déjà dans la nuit du tombeau, il se souvient de celle qui l'a ainsi consolé (pour un temps, puisqu'il demeure, en définitive, inconsolé). Il associe à son image celle du Pau­silippe, qui domine la baie de Naples ; celle aussi d'une fleur mystérieuse (l'ancolie, précise le poète lui-même en marge d'un manuscrit de ce sonnet appartenant à M. Paul Éluard), dont la distinction triste est en secret accord avec la désolation de son cœur; celle enfin d'une treille sous laquelle eut lieu le rendez-vous salutaire. Cette lumineuse évocation de l'Italie contraste avec les sourdes plaintes du premier quatrain, comme les enchantements du passé avec les réalités cruelles du présent.
Premier tercet
Au neuvième vers, un tour interrogatif rompt le mouvement du sonnet. Le poète tente une évasion plus hardie, dans la légende et non plus dans le souvenir. Il voudrait s'identifier par l'imagination aux dieux de la mythologie grecque, Amour ou Phébus; aux personnages du folklore national, Lusignan, comte de Poitou, qui devint roi de Chypre et qui épousa la fée Mélusine, Biron, qui apparaît dans des « Légendes du Valois » reproduites à la fin de Sylvie. Mais la propre enfance de Gérard n'a-t-elle pas baigné dans de telles légendes? Il songe maintenant à ce parc qu'il a décrit dans Sylvie, à ce baiser inoubliable que déposa un soir sur son front Adrienne, reine de la fête et d'ailleurs issue de sang royal (Sylvie, Il), reine encore de l'univers idéal du rêve. Il songe aussi à ses méditations champêtres auprès des ruisseaux qu'une poétique tradition peuple d'êtres merveilleux, andines ou sirènes.
Deuxième tercet. Mais le poète s'arrache au charme de cet éden où il passa ses premières années pour évoquer des moments plus pathétiques de sa Ge : Et j’ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron, Ces deux traversées sont ses deux grandes crises de folie, en 1801 et en 1853; il s'en souvient, écrira-t-il à la fin d'Aurélia, comme d'une « descente aux enfers ». Dans la nuit qui l'entourait, il rêvait, en effet, d'un magique au-delà où revivrait son beau mythe amoureux ; il poursuivait confusément le fantôme de son amour ; il crut  même l'étreindre, au terme d'une suite d'épreuves ; et il retourna dans la vie réelle avec le sentiment d'une victoire remportée sur les puissances de la nuit. Nouvel Orphée, il a pris une lyre comme compagne de ses voyages dans les ténèbres ; et il a chanté son Eurydice éternelle sous les deux incarnations terrestres qui l'ont ému le plus profondément, celle de la sainte, Adrienne, morte religieuse, celle de la fée, Jenny Colon, fée de la scène, cantatrice et comédienne. Le dernier vers, où règne une harmonieuse symétrie, s'étale avec une sorte de majesté, tout en suggérant des ombres impalpables.
Conclusion
Gérard de Nerval fixe dans ce sonnet l'une de ses dernières images. Il est « déshérité » et comme en deuil ; mais non pas encore tout à fait désespéré, car certains souvenirs semblent conserver pour lui une vertu apaisante. Il s'abandonne à leur poésie, sans pouvoir s'arracher toutefois à cette « mélancolie » qui l'a envahi et qui, illustrée par d'émouvantes visions, enveloppe le poème tout entier.

Extraits
El desdichado
Je suis le ténébreux,- le Veuf, - l'inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la tour abolie:
Ma seule étoile est morte, et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la rose s'allie.

Suis-je Amour ou Phoebus ?.... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J'ai rêvé dans la grotte où nage la Sirène...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.
Les Chimères
El desdichado 1853
le sonnet originel portait le nom de "le destin". El Desdichado est un mot espagnol indiquant "destin fatal"
le ténébreux : habitant de la nuit,
le veuf : Gérard de Nerval se sent sentimentalement veuf de Jenny Colon
Prince d'aquitaine à la tour abolie : Gérard de nerval se prenait pour un descendant de l'empereur Othon.
Tour abolie : noblesse déchue
étoile, la pureté de la femme inaccessible
est morte : Adrienne est morte
Mélancolie : un tableau de Durer
La Pausillipe : promontoire rocheux de la baie de naples
la fleur : l'ancolie, symbole de lLe pausillipe : Lusignan époux de la f&e Mélusine surprise dans son bain sous les traits d'une femme serpent fut répudiée.
les soupirs de la sainte : adrienne
les cris de la fée : Aurélia-Jenny Colon (actrices de théatre), fées de la rampe.
L'achéron fleuve des enfers, ses deux crises de folie, descente aux enfers

 

Page d'ouverture