18/01/2016
Auteurs romantiques

Accueil
Suite
Victor Hugo : Crépuscule (Les contemplations II-XXVI)




L'île de Serk

CRÉPUSCULE 
L'étang mystérieux, suaire aux blanches moires,
Frissonne ; au fond du bois, la clairière apparaît ;
Les arbres sont profonds et les branches sont noires ; 
Avez-vous vu Vénus à travers la forêt ?

Avez-vous vu Vénus au sommet des collines ? 
Vous qui passez dans l'ombre, êtes-vous des amants ? 
Les sentiers bruns sont pleins de blanches mousselines ;
L'herbe s'éveille et parle aux sépulcres dormants. 

Que dit-il, le brin d'herbe ?
et que répond la tombe ?
Aimez, vous qui vivez ! on a froid sous les ifs. 
Lèvre, cherche la bouche ! aimez-vous ! la nuit tombe ; 
Soyez heureux pendant que nous sommes pensifs. 

Dieu veut qu'on ait aimé. Vivez ! faites envie,
Ô couples qui passez sous le vert coudrier.
Tout ce que dans la tombe, en sortant de la vie, 
On emporta d'amour, on l'emploie à prier. 

Les mortes d'aujourd'hui furent jadis les belles. 
Le ver luisant dans l'ombre erre avec son flambeau.
Le vent fait tressaillir, au milieu des javelles,
Le brin d'herbe, et Dieu fait tressaillir le tombeau. 

La forme d'un toit noir dessine une chaumière
On entend dans les prés le pas lourd du faucheur ; 
L'étoile aux cieux, ainsi qu'une fleur de lumière, 
Ouvre et fait rayonner sa splendide fraîcheur.

Aimez-vous! c'est le mois où les fraises sont mûres. 
L'ange du soir rêveur, qui flotte dans les vents,
Mêle, en les emportant sur ses ailes obscures,
Les prières des morts aux baisers des vivants.

Chelles, 18... (Jersey 20 février 1854)

Organisation du recueil "Les contemplations"
AUTREFOIS (1830-1843)
Livre 1er : Aurore
Livre 2ème : L'âme en fleur
XXVI : Crépuscule
Livre 3ème : Les luttes et les rêves
4 septembre 1843 : Décès de Léopoldine, fille de Victor Hugo et de d'Adèle Foucher, par noyade dans la seine à Villequier. Léopoldine née le 28 août 1824 à Paris s'était mariée quelques mois plus tôt, le 15 février 1843, avec Charles Vacquerie, elle avait 19 ans. Le lundi 4 septembre Le père et l'oncle de Charles Vacquerie doivent se rendre chez un notaire dans un canot à voile. Leopoldine décide à la dernière minute de les accompagner. Le canot se renversera et Charles piètre nageur ne peut secourir son épouse. Ils sont enterrés dans le même cercueil.
AUJOURD'HUi (1843-1855)
Livre 4ème : Pauca Meae (quelques mots pour ma fille)
Livre 5ème : En Marche
Livre 6ème : Au bord de l'infini

Introduction
Le poème Crépuscule fait partie de première parte "Autrefois' des "Contemplations", celle qui précède la mort par noyade de sa fille avec son mari en septembre 1843. La seconde partie "Aujourd'hui" relate la partie de sa vie postérieure au décès. Un abime sépare "Autrefois" et "Aujourd'hui", le tombeau. Le recueil semble avoir été écrit par un mort. "Crépuscule" est un poème en alexandrins à rimes alternées. Le poème est daté Chelles, la ville de Jean Valjean et des Misérables mais il a été écrit en exil à Jersey le 20 février 1854. Le titre "Crépuscule" évoque la lumière diffuse qui précède le lever du soleil ou suit son coucher, c'est le moment qui précède le jour ou la nuit. Le doute est levé par "Aimez-vous ! La nuit tombe". La nuit, c'est celle du tombeau. Mais dans le contexte heureux d'"Autrefois" et de "L'âme en fleurs", "Crépuscule" joue ainsi le rôle d'un signal prémonitoire qui suscite le pressentiment vague d'un drame qui va se produire.
"Crépuscule" est l'avant avant dernier poème du livre 2 "L'âme en fleur" "d'Autrefois". L'âme en fleur est une métaphore pour une sensibilité joyeuse. L'âme en fleur est en fait la recherche et le plaisir de la rencontre avec l'âme soeur, la compatibilité amoureuse parfaite avec l'être aimé.

Une âme en fleur, les frissons des rencontres amoureuses

Si la nature est un lieu propice aux rencontres amoureuses, le manque de luminosité présente quelques dangers. Dans la première strophe, l'étang faiblement éclairé cache des secrets, il est mystérieux car on ne peut connaître ses secrets, ce qu'il y a sous la surface de l'eau ici représenté par un suaire, le drap qui enveloppe les morts. L'étang, personnalisé, frissonne sous l'effet du vent cher aux romantiques mais ont ici une connotation mortuaire de froid, de peur, de mort. Malgré l'obscurité qui entoure le crépuscule, on distingue des parties mâtes et des parties brillantes. L'étang frissonne par de légers tremblements sous le vent. Comme le Lac de Lamartine qui fut témoin de sa liaison qu'eut le poète avec Julie Charles, l'étang est aussi le témoin de cet amour adultérin entre Victor Hugo et sa maîtresse et cache leurs secrets. Les deux promeneurs dans l'ombre sont bien deux amants qui viennent dans cette forêt sombre pour cacher leur liaison amoureuse. Au loin la lumière est encore visible à travers une clairière. Vers le ciel, les arbres aux branches sombres sous la lumière blafarde du crépuscule sont profonds, une expression qui revient souvent chez Hugo signalant que plus les racines sont profondes, plus les arbres sont hauts. Avez-vous vu Vénus à travers la forêt pose la question de la visibilité de cette étoile dite du berger, l'astre le plus visible après le soleil et la lune qui apparait lorsque la nuit tombe et toujours visible si le ciel est clair. Vénus, c'est le monde sans fin, qui revient chaque soir pour les amoureux qui se promènent et qui s'aiment. Les sentiers sombres sont lumineux car la nature s'éveille alors pour parler aux morts. Les passants anonymes, dans l'ombre, ceux qui ne sont pas connus ou dans la lumière peuvent-ils être des amants ? Le brin d'herbe qui est sur la terre depuis très longtemps parle à la tombe, à celui qui fragile, a péri. Le brin dherbe ne parle pas mais on le fait parler car il a pu garder le souvenir d'une rencontre, d'un moment heureux et rappeler des images de bonheurs. Les morts répondent qu'il faut aimer, car dans les cimetières avec les ifs on regrette de n'avoir pas su aimer ou d'avoir manqué d'amour, d'avoir été pensifs et finalement peu heureux. Les personnes qui vous ont aimé, même après votre mort, gardent dans leurs souvenirs une bonne image de vous qu'ils font revivre et vous redonnent ainsi la vie.
La détresse du poète
Dans ce poème lyrique et descriptif composé de sept quatrains, Hugo évoque les difficiles répercussions de son expatriation sur son état psychologique, les regrets liés à sa vie d'avant, à sa solitude, et la difficulté à supporter l'absence de toute vie sociale ou relation amoureuse. Aimez-vous ! La nuit tombe ; soyez heureux est l'incantation de Hugo, l'exilé, celui qui est sorti involontairement de la vie qui nous fait part, à travers les morts, de la douleur des exils, de sa solitude, d'une sorte de mort prématurée, lui le grand père aimant devenu croyant en un Dieu qui veut qu'on aime. Le texte est accéléré comme la vie par le jeu des contrastes lumière, clarté, amour, vie contre nuit, mort, temps perdu. Dieu fait tressaillir le tombeau est une métaphore pour réveiller les morts qui ont gâché leur vie et qui peuvent aujourd'hui éclairer les vivants.

Un hymne à la nature
En dehors de son rôle d'exilé, Hugo consolide son image de poète romantique, à la solitude féconde, promeneur solitaire à l'écoute de la nature. Il s'émerveille de la forme d'un toit qui même noir dessine une chaumière, maison rurale que l'on trouve fréquemment en Normandie, pour rappeler que sa fille s'est noyée dans cette région. Le pas lourd du faucheur qui n'est pas sans rappeler la mort, la grande faucheuse est suivi par la lumière de Vénus, l'astre rayonnant qui illumine le ciel dès la tombée de la nuit.
Aimez-vous ! Vous récolterez les fraises aux couleurs rouges de l'amour. L'ange du soir rêveur, celui qui flotte dans nos rêves, notre intermédiaire avec Dieu emporte sur des ailes sombres, obscures, des visions de prières de ceux qui sont morts et les baisers de ceux qui sont vivants. On ne meurt donc jamais complètement avec les rêves en restant dans le souvenir de ceux qu'on a aimés ou qui nous ont aimés.

Conclusion
En quête de sens à sa propre vie d'exilé, à la perte accidentelle de son enfant, Hugo essaie de rendre ici la mort plus douce. Il recommande de s'aimer, de vivre en couple pour le réconfort de la présence, pour l'exigence d'écoute de l'autre. Que dit le minuscule brin d'herbe à qui personne ne fait attention ? L'amour donne un sens à la vie et à la mort car l'amour ne meurt jamais même après la mort d'un être cher.

Livre II. L'âme en fleur.
(28 poèmes-900 vers). C'est le livre des amours. Presque tous les poèmes sont inspirés par Juliette Drouet. Hugo conte les premiers temps de leur union, leurs promenades en forêt de Bièvre, leurs joies, leurs extases ; et aussi les épreuves vécues en commun, les malentendus, les réconciliations. Un jour, il note pour elle des impressions de voyage (Lettre) ; un autre jour, il lui écrit qu'il a rêvé d'elle (Billet du matin).

Vocabulaire

Crépuscule : lumière diffuse qui précède le lever du jour ou qui suit le coucher du soleil. Au sens figuré déclin. C'est le moment de la journée où le soir tombe, où les formes s'estompent peu à peu, sont imprécises et ou les inquiétudes grandissent chez certains. C'est, aussi, le symbole de la vie qui s'achève par la mort et le tombeau.
Synonymes : agonie, couchant, déclin, demi-jour, semi-obscurité, tombée de la nuit, soir
Suaire : Le saint suaire est le linge dans lequel aurait été enseveli le Christ
Moires : Tissu apprêté qui comporte des parties mates et des parties brillantes
Frissonne.
Arbre profond : Expresson déjà rencontrée dans I-2 "Le poète s'en va", image qui suggère une inversion du haut et du bas scellant l'analogie entre les deux abîmes, motivée par ceux qui sont couchés-morts ou amants.
Chaumière : maison rurale couverte de paille, le chaume essentiellement en Normandie.
Ange : créature spirituelle servant d'intermédiaire entre les hommes et Dieu. L'ange gardien protège chaque être humain dans la religion catholique.

Juliette Drouet
Juliette Gauvain, dite Juliette (Fougères 1806-Paris 1883), actrice française qui eut une liaison avec Victor Hugo de 1833 à sa mort.

Forêt de la Bièvre
Commune de l'Essonne à 15 kilomètres de Paris. Hugo y résida « Aux Roches " où il se ressource et goûte aux joies simples de l'existence, avec ses enfants, Léopoldine, Charles, François-Victor et Adèle Foucher sa première épouse qui le quittera pour Sainte-Beuve. Hugo goûte aussi le plaisir dans les bras de sa maîtresse, l'actrice Juliette Drouet, qu'il fait installer pour les vacances à Jouy-en-Josas, non loin de là.


Adèle Foucher
(1803 Paris-1868 Bruxelles)
Délaissée par son mari, Victor Hugo, père de ses 5 enfants, Léopold (07/1823-10/1823, Léopoldine (8/1824-9/1843), Charles (11/1826-3/1871), François-Victor (10/1828-12/1873), Adèle (8/1830-04/1915), Adèle entame en 1830 une relation amoureuse avec Sainte-Beuve. Victor Hugo devient l'amant d'une actrice de sa pièce "Lucrèce Borgia", Juliette Drouet, 3 ans plus tard en 1833. A cette époque Victor Hugo séjourne avec sa famille pendant les vacances au château des Roches de Bièvres, entre 1828 et 1842. Il fait venir sa maittresse à Jouy-en-Josas proche de Bièvres.

Victor Hugo (1802-Besançon, 1885-Paris)
Il épouse Adèle Foucher le 12 octobre 1822, elle a 19 ans, il en a 20.

Lucrèce Borgia
Lucrèce Borgia (1480-1519), fille du futur pape Alexandre VI, est la sœur de César Borgia, l'auteur de Machiavel. Elle est célèbre autant pour sa beauté que pour ses mœurs prétendument dissolues.

Vocabulaire
Crépuscule
Lumière diffuse qui précède le lever du soleil, synonyme de aube ou qui suit son coucher. Synonyme, tombée du jour.

Page d'ouverture