12/10/2018
Auteurs romantiques
, Lamartine

Accueil
Suite
LAMARTINE : CHRONOLOGIE ET ŒUVRES

Oeuvres de Lamartine
Cliquer pour agrandir

1790
Naissance d'Alphonse de Lamartine rue des Ursulines à Mâcon, le 21 octobre fils de Pierre de Lamartine et d'Alix des Roys, une famille de petite noblesse locale. La famille vit 7 ans à Mâcon avant de partir pour Milly.

1797

Départ à Milly (12 kilomètres de Mâcon) qui fait songer au départ de Chateaubriand pour Combourg. C'est un vendangeoir, "détestable patrie". Le domaine est géré par le Chevalier de Pratz

1801
Lamartine abandonne à 11 ans les jeux avec les enfants des vignerons et est envoyé à la pension "Puppier" à Lyon, s'en évadera l'année suivante mais y sera ramené par les gendarmes pour y finir l'année scolaire.

1803
Entre au collège de jésuites des pères de la foi à Belley (Ain), suit les classe de troisième, seconde, rhétorique et philosophie. Lamartine fait de brillantes études classiques et commence à s'enthousiasmer pour les études littéraires, lit Virgile, Chateaubriand. A Sologny voisin de Milly, il fait la connaissance d'Élisabeth de Villeneuve d'Assouis qu'il appellera Lucy.

1810
Lyon, études de droit. A Mâcon fait la connaissance de Marie-Henriette Pommier

1811

Échappe au service militaire obligatoire, sa famille ayant rassemblé des fonds pour lui offrir un remplaçant, car il n'est pas imaginable de servir l'armée de Napoléon. Il voyage à Florence, Rome, puis Naples. Il compose des vers, inspirés de ses aventures sentimentales dont celle qui le conduit dans les bras d'Antoniella qu'il appellera dans ses récits, Graziella.

1812
Lamartine revient à Milly dont il devient, grâce à l'aide se son père, le maire. Début involontaire d'une carrière politique locale. Son ambition le conduira vers une carrière nationale.

1814
Il s'engage à Beauvais comme garde du corps de louis XVIII mais sa mission est interrompue pendant les 100 jours (de mars à juin), Lamartine se réfugie alors en Suisse. Il reprend son service de garde du corps en août mais démissionne en novembre.

1816

A Aix-les-Bains ou il est venu soigner son foie, le poète rencontre Julie Charles, épouse d'un grand physicien, Jacques Charles l'inventeur de l'utilisation de l'hydrogène pour les aérostats. Julie Charles, une belle créole dont il tombe amoureux, mais qui est malade, soigne à Aix-les-Bains, dans un sanatorium, une tuberculose pulmonaire. Il l'aurait sauvée alors que sa barque était en perdition. Dans les mois qui suivent, alternent de longues et fébriles attentes, de brèves et fugitives retrouvailles.

1817

De Janvier à mai, Lamartine fréquente à Paris le salon de Julie Charles.
D'août à septembre il l'attend en vain à Aix-les-Bains. Il écrit le Lac qui évoque l'angoisse d'un amour en danger et la tristesse occasionnée par la fuite du temps (Ô temps suspends ton vol...). L'état de santé de Julie Charles s'est détérioré. Elle meurt le 18 décembre. Lamartine l'apprend sept jours plus tard à Milly, le jour de Noël.

1820
Parution en mars des Méditations poétiques, qui connaissent un grand succès
Fin mars, Lamartine est nommé attaché d'ambassade à Naples et en juin, à Chambéry, il épouse Marianne-Elisa Birch. L'année suivante naissance de son fils Alphonse qui ne survivra qu'un an et en 1822 naissance d'un deuxième enfant, une fille, Julia qui décédera 10 ans plus tard à Beyrouth.
Méditations
poétiques

1829
Revenu en France, rencontre Chateaubriand et Hugo et se lie avec Sainte-Beuve.
En Novembre, il est élu à l'Académie française, avec l'appui de Chateaubriand.

1830
Mort de sa mère En avril, réception de Lamartine Académie française, discours de Cuvier.
En juin, publication d'Harmonies poétiques et religieuses
En septembre Lamartine abandonne sa carrière diplomatique et présente sa démission à Louis-Philippe.
Harmonie poétiques et religieuses
1831
Candidature à la députation dans la deuxième circonscription de Dunkerque, il subit de peu un échec 181 voix contre 198

1832
En juillet il s'embarque à Marseille sur l'Alceste, et arrive à Beyrouth en septembre. Il visite le tombeau du Christ en terre sainte. Le décès de sa fille Julia 10 ans à Beyrouth, de Julie Charles 15 ans plus tôt,de son Fils Alphonse 1 an puis celle de sa mère, trois ans plus tôt affectent Lamartine. Sa foi religieuse vacille, il crie son chagrin, son désespoir, et sa révolte contre Dieu dans Gethsémani , ou la mort de Julia. Ces poèmes qu'il composera en 1833 et 1834 seront publiés en 1835 dans Voyage en Orient.

1833
En Janvier, Lamartine est élu député de Bergues (Nord). Il apprend cette élection en avril alors qu'il est encore en Orient.
En octobre, il rentre à Mâcon.
En décembre il prend séance à la chambre des députés, il y siégera 18 ans jusqu'en 1851.

1835

Voyage en Orient

1837
Dans l'assemblée où domine Hommes d'affaires et avocats, il est suspecté d'être rêveur, utopiste. Il prononce plusieurs discours sur les chemins de fer, le retour des cendres de l'empereur. Lamartine est élu député de Bergues et de Mâcon.
1836 Jocelyn

1838

Il opte pour Mâcon au lieu de Bergues. Sera réélu député de Mâcon en 1842.
Publication de la Chute d'un Ange, qui conte les malheurs qui se sont abattus sur lui et les siens , Cédar, l'ange puni pour avoir aimé une femme, fait éclater la malédiction. Il affronte une mort grandiose, au milieu du bûcher qu'il a lui même allumé. Ce poème, en 15 visions, sera un échec. La Chute d'un ange

1840
Mort de Pierre de Lamartine, son père
Lamartine combat Thiers1848
En février Lamartine devient chef du gouvernement provisoire
En avril, il est élu triomphalement dans dix départements avec 1 600 000 voix.
Pourtant, en décembre, c'est l'échec cuisant aux élections à la présidence de la république : il n'obtient que 17 910 voix face à Louis Napoléon, qui lui en obtient, 5.500.000 voix.1851
Après le coup d'État du 2 décembre Lamartine se retire de la vie publique.1857
Il revient diriger les vendanges à Milly. Il doit vendre Milly et vivre à Passy dans un chalet concédé par la ville de Paris1860Vente du domaine de Milly, c'est le début des difficultés. 3 ans plus tard en 1863, mort de sa femme Marianne puis sa santé décline, en 1867 il est frappé d'apoplexie, perd la parole et la raison.

1869
Lamartine meurt d'une seconde crise d'apoplexie le 28 février dans une totale indifférence à Paris.

Accueil