15/05/2017
Auteurs romantiques, Musset

Accueil
Suite
MUSSET : BIOGRAPHIE


Musset

Alfred de Musset (1810-1857), est né le 11 décembre 1810 à Paris dans un milieu aisé et cultivé, doué de grandes facilités. Il mène une adolescence dissipée de dandy et après d'excellentes études au Lycée Henri IV, entreprend des études de droit et de médecine, qu'il ne termine pas. Il est introduit à 18 ans, au Cénacle romantique chez Hugo et chez Nodier, où il rencontre Vigny, Mérimée et Sainte-Beuve. Précoce, brillant, célébré, il publie son premier recueil de vers, Contes d'Espagne et d'Italie (1829), à l'âge de dix-neuf ans et remporte un succès immédiat. Malgré cette gloire précoce, il connaît l'infortune avec sa pièce de théâtre, la Nuit vénitienne (1830), échec retentissant. La mort de son père en 1832 l'amène à se consacrer entièrement à la littérature et à en faire son métier. Blessé par l'échec de la Nuit vénitienne ; il se décide d'écrire des pièces à lire. Il publie entre 1832 et 1834, A quoi rêvent les jeunes filles, La Coupe, Les Lèvres et Namouna, Les Caprices de Marianne (1833), Fantasio (1834) et On ne badine pas avec l'amour (1834). Musset rencontre celle qui devait être le grand amour de sa vie, la romancière George Sand, de sept ans son aînée. Leur relation tumultueuse, orageuse, s'interromp momentanément en 1834, lorsque George Sand se lie avec le docteur Pagello, qui soigne Musset en Italie. En 1835, cette passion prend définitivement fin, laissant à Musset la douleur d'un échec sentimental cuisant. À la fin de l'année 1834, il publie, le drame historique Lorenzaccio. Dramaturge incompris, il obtient un immense succès, en 1833, avec un poème romantique Rolla : le cycle des Nuits, écrit après sa rupture. C'est une oeuvre allégorique, où le poète dialogue avec sa Muse. De 1835 à 1837 parait la Nuit de mai, la Nuit de décembre, la Nuit d'août, la Nuit d'octobre ses meilleures pages. Il y privilégie l'émotion, s'attache à décrire la variété et la complexité des sentiments qui accompagnent la passion amoureuse. Composée après sa passion, La Confession d'un enfant du siècle (1836), est une autobiographie dans laquelle il analyse son âme tourmentée. On y trouve le sentiment de trahison que ressentait la génération de 1830, celle qui vit ses espoirs anéantis par l'échec du soulèvement de Juillet et son avenir confisqué par les notables de la monarchie Louis-philipparde. Malade et épuisé précocement, Musset poursuit sa carrière d'auteur dramatique avec de nouvelles pièces, moins réussies que les précédentes, Il ne faut jurer de rien (1836), Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée (1845), On ne saurait penser à tort (1849). En 1838, il est nommé conservateur d'une bibliothèque ministérielle, ce qui lui permet de mener une vie tout à fait décente mais il perd son emploi, en 1848. Il est élu ensuite à l'Académie française en 1852, Il meurt à Paris le 2 mai 1857.

Accueil