18/01/2016
Auteurs romantiques

Page générale
Suite

GEORGE SAND : LA PETITE FADETTE (1849)


La Petite
Fadette
Roman
1849



Trop fort, trop exclusif, l'amour de deux bessons, deux jumeaux identiques Sylvanetet Landry. La sage femme avait prévenu : "presque toujours, il faut que l'un des deux périssent pour que l'autre se porte bien"

Résumé de l'oeuvre
Deux jumeaux berrichons, Sylvinet et Landry, ont grandi ensemble. Landry le cadet est engagé dans une ferme de la région; et Sylvinet, qui souffre de la séparation disparait. Landry, alerté, part à sa recherche et le retrouve grâce à la petite Fanchon, dite Fadette, maigre et noire comme un grillon. Il a dû lui promettre en échange de la faire danser pour la Sainte Andoche. Le jour venu, Landry qui courtise Madelon, la nièce de son patron, s'exécute de mauvais gré; mais ses sentiments évoluent ; et de son côté, Fadette; métamorphosée par l'amour, devient une séduisante jeune fille. landry se déclare ; Sylvinet, jaloux souffre en silence ; et Madelon, pour se venger, fait épier fadette, qui doit quitter le pays. Elle revient pour recueillir l'héritage de sa grand-mère. Va-t-elle pouvoir épouser Landry ? Sylvinet, tombé en langueur, est un obstacle à leur union. Elle le soigne, le sermonne, et il s'efface ; mais, un mois après le mariage de son frère, il s'engage dans les armées de Napoléon. Quoiqu'il n'eut le moindre gout pour l'état militaire, il commanda si bien qu'il deviendra capitaine. Le charme de Fadette à distance agissait encore.
Extraits
Landry ne pouvait pas deviner cette jalousie de son frère ; car, de son naturel, il n'avait eu, quant à lui, jalousie de rien en sa vie. Lorsque Sylvinet venait le voir à la Priche, Landry, pour le distraire, le conduisait voir les grands boeufs, les belles vaches, le brebiage conséquent et les grosse récoltes du fermage au père Caillaud. [...]Comme c'était dimanche, la petite Fadette ne cousait ni ne filait en gardant ses ouailles. Elles s'occupait à un almusement tranquille que les enfants de chez nous prennent quelquefois bien sérieusement,. Elle cherchait le trèfle à quatre feuilles, qui se trouve bien rarement et qui porte bonheur à ceux qui peuvent mettre la main dessus.[...]La belle Madelon qui était renommée pour son air sage et pour ses manières fières avec les garçons, était cependant rès coquetteen dessous, et pas moitié si raisonnable ni si fidèle dans ses amitiés que le pauvre grelet, dont on avait si mal parlé...

Page générale