18/01/2016
Auteurs romantiques

Accueil
Suite
VICTOR HUGO : Le mot (recueil Toute la lyre)

Thème : la rumeur sur Internet
Nombre d'internautes français ont cliqué aussi vite que leur ombre lorsqu'ils ont reçu, au mois de février dernier, un E-mail révélant la présence d'aiguilles infectées au VIH au creux de fauteuils de cinéma, dans la région parisienne. Miss France qui serait, contre toute attente, un homme, a également fait le tour du Web. Christophe, déclarant habiter Puteaux, écrit : " Un ami bolivien vient de m'envoyer un E-maill pour me demander si c'était vrai que Miss France était un homme car cela faisait la une des journaux dans son pays. Tout est faux, la transsexualité de Miss France, les piqûres au VIH... Ce sont de purs canulars, comme le précise Jean-Noël Kapferer, spécialiste français. La rumeur est une information non encore vérifiée et dont la source est non officielle. Imaginons en effet qu'un E-mail mensonger soit envoyé à 10 internautes, qui, chacun, le renvoient à 10 de leurs connaissances. Au bout de la sixième génération d'envois, cette chaîne d'E-mails aura contaminé 1 million d'internautes. Le premier canular en ligne fut un faux virus qui, dès 1988, voyageait par E-mail. Depuis, le nombre de rumeurs en circulation n'a cessé d'augmenter. Internet excite en effet les vocations de "rumoristes". Il n'aura pas échappé à nombre d'internautes la facilité avec laquelle ils peuvent "se lâcher" en ligne, puis bénéficier d'un coup de pub planétaire. La rumeur en ligne rencontre également des oreilles internautes particulièrement réceptives. Comme dans le monde "réel" plus c'est gros, plus ça marche, précise un rumoriste qui a vérifié la chose avec succès. Et "du moment que c'est écrit, c'est comme si c'était vrai". De plus, sur ce média jeune, les relais de crédibilité vers lesquels se tourner en cas de doute manquent encore, et l'esprit critique peut-être aussi. Tant qu'il n'y a pas mort d'homme, on pourrait en rire, et finir, avec le temps, par moins parler du phénomène. Les rumeurs en ligne ont même cela de réjouissant qu'elles sont irrévérencieuses et, à ce titre, une expression de l'opinion publique. Elles adorent s'en prendre aux grandes multinationales : Nike, Coca-Cola ou Microsoft en sont les victimes incessantes. Des sociétés en auraient déjà souffert dans leur cours de Bourse et commenceraient à peaufiner leur contre-offensive en profitant elles aussi de la formidable efficacité "rumorante" de la Toile.

Braves gens, prenez garde aux choses que vous dites
Braves gens, prenez garde aux choses que vous dites !
Tout peut sortir d'un mot qu'en passant vous perdîtes ;
TOUT, la haine et le deuil !
Et ne m'objectez pas
Que vos amis sont sûrs
Et que vous parlez bas...
Ecoutez bien ceci :

Tête-à-tête, en pantoufle,
Portes closes, chez vous, sans un témoin qui souffle,
Vous dites à l'oreille du plus mystérieux
De vos amis de cœur ou si vous aimez mieux,
Vous murmurez tout seul, croyant presque vous taire,
Dans le fond d'une cave à trente pieds sous terre,
Un mot désagréable à quelque individu.
Ce MOT - que vous croyez que l'on n'a pas entendu,
Que vous disiez si bas dans un lieu sourd et sombre -
Court à peine lâché, part, bondit, sort de l'ombre ;
Tenez, il est dehors ! Il connaît son chemin ;
Il marche, il a deux pieds, un bâton à la main,
De bons souliers ferrés, un passeport en règle ;
Au besoin, il prendrait des ailes, comme l'aigle !
Il vous échappe, il fuit, rien ne l'arrêtera ;
Il suit le quai, franchit la place, et cætera
Passe l'eau sans bateau dans la saison des crues,
Et va, tout à travers un dédale de rues,
Droit chez le citoyen dont vous avez parlé.
Il sait le numéro, l'étage ; il a la clé,
Il monte l'escalier, ouvre la porte, passe, entre, arrive
Et railleur, regardant l'homme en face dit :
"Me voilà ! Je sors de la bouche d'un tel."

Et c'est fait. Vous avez un ennemi mortel.

Elle court, elle court, la rumeur sur le Net
OLIVIER VAN VAERENBERGH
Non, il n'y avait pas quatre mille juifs travaillant dans le World Trade Center et qui étaient au courant de l'attentat. Non, la photo montrant un touriste au sommet du World Trade à quelques secondes du choc, l'avion derrière lui, n'est pas autre chose qu'un montage. Non, les images de CNN montrant une poignée de Palestiniens sauter de joie n'étaient pas de vieilles images issues de la guerre du Golfe.
Tout est faux. Tout n'était que rumeurs et supputations, même si elles atterrissent parfois dans des journaux, des JT et la plupart des conversations de bistrot à la vitesse du Net. Il est vrai que la réalité prend un malin plaisir à entretenir le trouble. Parmi les contre-vérités tenaces, on trouve bien entendu, parfait exutoire à l'ampleur de la catastrophe, son lot de mauvaises blagues et de révélations mystiques. La prophétie de Nostradamus évoquant « la chute des deux frères » qui annoncera la prochaine guerre mondiale, le visage de Satan se dessinant en poussière dans l'effondrement des tours, la Bible retrouvée intacte dans les ruines encore fumantes du Pentagone... Les rumeurs mystico-religieuses sont légions. Un télévangéliste célèbre a même estimé que les féministes, les homos et les défenseurs de l'avortement sont en partie responsables des attaques terroristes, car leurs actes ont provoqué la colère de Dieu contre l'Amérique. Beaucoup de rumeurs transmises principalement par e-mails et newsgroups répondent aussi à un certain besoin d'espoir. Ainsi, l'incroyable histoire de celui qu'on a appellé le « building surfer », un pompier qui, paraît-il, aurait survécu à une chute d'au moins 80 étages, en sautant d'un débris à l'autre... Insensé, évidemment, mais pourtant répercuté jusque dans les pages de « Newsweek » - qui démentit une semaine plus tard. D'autres rumeurs, cette fois plus nauséabondes et souvent xénophobes, reflètent enfin les peurs ambiantes et l'incompréhension face à l'énormité de l'événement. Des hackers qui ont besoin d'argent pour traquer Ben Laden sur le Net, des employés d'origine arabe d'une grande chaîne de fast-food hurlant de joie au moment de l'attentat, des noms de domaine faisant référence à l'attaque enregistrés juste avant le 11 septembre, des enveloppes envoyées au hasard mais bourrées de virus, ou de nombreux indices laissant penser qu'il y aura de nouveaux attentats le jour de Halloween... Tout est faux. Mais les rumeurs ont la vie dure, depuis le 11 septembre; comme si plus rien, désormais, n'était impossible...·Un remarquable site recense et décortique la plupart des rumeurs, dont celles citées ici.

Page d'ouverture*